21 de setembre de 2015

Carta de le meva filla a Mr. Sarkozy



La meva filla ha adreçat aquesta carta a Mr. Nicolas Sarkozy. Estic orgullós de la meva filla.

21/09/2015

Cher Monsieur le Président.

               Je suis membre du Parti des Républicains depuis que j'ai fait une humble donation pour vous soutenir lors du « Sarkoton ». Je n'ai pas la nationalité française, pour cette raison je n'ai pas pu voter pour vous, mais je vous ai toujours soutenu et défendu lors de conversations entre collègues ou amis. Mon mari et notre cercle le plus proche ont toujours voté pour vous.

            J'ai lu que vous assisterez au meeting final de la campagne électorale régionale catalane du Partido Popular pour supporter Monsieur Garcia Albiol. Je pense que c'est mon devoir de me rapprocher de vous et vous informer sur la Catalogne. Je ne vais pas parler d'indignation mais de la tristesse que je ressens pour ce fait.

            Vous deviez savoir que Xavier Garcia Albiol est connu pour sa xénophobie, une caractéristique incompatible avec l'esprit républicain français d'accueil. Je suis surprise que vous, d'origine hongroise et élu Président de la République Française ne connaissez pas le comportement de Monsieur Garcia Albiol.

            Je suis catalane, résidente à Paris depuis 26 ans. La Catalogne et la France sont mes patries. Je ne peux pas comprendre que vous, à qui j'ai donné autant de support (humblement mais avec beaucoup de conviction), puisse intervenir à cet acte électoral régional en niant le droit fondamental de la dignité et celui de décider le futur de la Catalogne comme nation. Je me permets de vous rappeler la Déclaration des Droits de l'Home de la Révolution Française de 1789, art 3 : Le principe de toute Souveraineté réside essentiellement dans la Nation. Nul corps, nul individu ne peut exercer d'autorité qui n'en émane expressément.

            Je me permets aussi de vous commenter que la Catalogne a existé comme nation libre avec ses institutions propres jusqu'en 1714. C'est alors que fut incorporé  , sans aucun autre argument que le droit de conquête, à l'Etat espagnol, oppresseur de la Catalogne, qui a nié reitérativement un referendum d’autodétermination. Ni la Catalogne ni aucune autre nation opprimée peut espérer justice de son propre oppresseur. S'il vous plait, n'y participez pas.

            Ayant confiance en votre bienveillance, je vous prie d'agréer, Monsieur le Président, l'expression de toute ma gratitude.

1 comentari:

Anna Maria Velaz Sicart ha dit...

Hola, Narcís. M'agradaria saber si Sarkozy va contestar la carta a la teva filla, que trobo molt clara i encertada.